:: Identité :: Présentations :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Anöom [fini !]

avatar
Messages : 14

Feuille de personnage
Techniques:
Inventaires:
Jeu 1 Mar - 9:19
Anoöm Yun
Âge Un peu plus de 100 ans (25 en apparence)
Sexe féminin
Orientation Bi
Taille 1,65m
Statut Peuple
Race Homme-oiseau (Héron)
Métier Herboriste
Groupe Umbra
Origine Umbraria

Armes arc aux flèches d'épines
Pouvoirs A part se transformer en héron cendré, Anoöm peut comprendre les plantes et leur "parler".
Inventaire Sacoche avec pour contenu des petits objets trouvés, des souvenirs ainsi que des plantes médicinales.
Technique [Retirer ce qui ne concerne pas votre groupe]
Umbra : Niv1 :-Savoir le nom d'une plante en la regardant Niv2 : -Connaître les particularités bénéfiques ou non d'une plante Niv2 : -Comprendre ce que "dit" la plante Niv3 : -Converser avec les plantes Niv3 : -Comprendre les arbres Niv4 :Converser avec les arbres
Avatar : Original de Miho Hirano
Description Physique
"... Et je finirai par me volatiliser. Pourquoi est-ce que tu ne comprends pas ? ".

Elle me regarda. Jamais encore elle ne m'avait regardée ainsi. Ses yeux d'un gris si clair me fixaient avec un mélange de haine et de compassion.
Autour d'elle, ses cheveux blancs et mi-long voletaient légèrement au vent. Elle était si différente des autres, elle était née ainsi, la peau blanche et les cheveux de neige, les joues légèrement rosées et les lèvres pâles. Elle était née ainsi parmi un peuple comme tous les autres, un peuple où avoir des cheveux blancs est une chose pour le moins... étrange.
Pourtant, sa mère n'était pas ainsi, ni son père, ni même son frère... Alors pourquoi cette différence ?

"Qu'y a t-il ?" me demanda t-elle me voyant sans mot.

Je secouai la tête. Elle était "albinos", l'ancien l'avait dit. C'était selon lui la preuve qu'elle était bien un héron. Pour la plupart d'entre nous, ce n'était qu'une malédiction. Certains rejettent Anoöm pour cela. Ou du moins, certains la regardent de façon étrange. Mais moi, je l'aime énormément. Même si j'ai une pointe de remord quand je la vois.
Je suis d'ailleurs bien plus grand qu'elle, elle doit faire à peine plus d'1m65, et elle est mince. Elle a quelques formes, certes, mais il y a des filles bien plus belles dans notre groupe d'amis. Pourtant, je ne peux m'empêcher d'avoir une attirance pour elle. Même si parfois elle semble être plus attirée par les filles, mais ce ne doit être que le fruit de mon imagination.

Anoöm soupira, me ramenant à la réalité. de ses mains fines et douces, elle chassa un brun d'herbe de sa tunique beige. A sa ceinture, elle portait une petite sacoche de peau dont jamais elle ne voulait me montrer le contenu. A mon humble avis, elle ne comportait que deux trois cailloux ou peut être un ou deux objets trouvés.
Comme toujours, elle était pieds-nus, comme la plupart d'entre nous, même s'ils nous arrivaient de porter des sandales parfois.
Posée à côté d'elle, se trouvait son arc et son carquois en peau d'un quelconque animal, orné de perles diverses et de bouts de bois.
Je la regardai de nouveau. Non, finalement, c'était bel et bien elle la plus belle de nos amis.
Description Psychologique
Je secouai la tête. Elle devait se demander pourquoi je la fixai. De plus, nous étions dans une pleine discussion bien trop importante pour elle, même si je n'en voyais pas l'issue.
Elle avait souvent ces discussions étranges et, pour moi, sans réellement de sens. Et le pire, c'est qu'elle changeait d'humeur si souvent dans la conversation que je ne savais jamais comment me comporter.

"Non, finalement, tu as raison, et puis la vie est importante, non ?" s'exclama t-elle en riant.

Et voilà, comme toujours, la conversation s'était terminée en queue d'oiseau.
Bien entendu, il nous arrivait aussi d'avoir un dialogue tout à fait normal, ou même de se confier des choses, mais cela ne durait jamais très longtemps, elle allait très vite
dans le mystère des choses.

"Bon, tu as fini de penser ?? Parle un peu !" s'écria t-elle.

Elle s'énervait de nouveau. Pourquoi changeait-elle si souvent d'humeur ?
Quelque fois, il lui arrivait de garder la même humeur une journée durant. Ces fois là étaient rare, c'était souvent lorsqu'elle était trop triste pour rire ou le jour de son anniversaire par exemple. Généralement, même s'il lui arrivait de s'énerver, elle était d'une gentillesse extrême et d'une sensibilité incomparable. Elle savait guérir les maux psychologiques des gens et elle comprenait lorsque quelqu'un allait mal.
Elle pleurait assez souvent à vrai dire. Non, pas si souvent, mais dès qu'elle était un peu triste, elle versait une larme ou deux, sans rien dire.
Mais elle savait aussi rire.
C'est pour cela que je l'aimais.
Histoire
Assise sur le rocher, elle contemplait le paysage d'un air curieux.
Les vastes plaines qui s'étendaient devant elle l'avaient toujours fascinées depuis qu'elle était née, et chaque jour, chaque heure, elle avait autrefois rêvé de pouvoir elle aussi, à son tour, se transformer en oiseau et voler dans les airs, à la recherche du reste du monde.
Elle avait mis longtemps avant de se transformer, plus longtemps que la plupart d'entre nous. Alors, tandis que notre groupe d'amis faisait des petites excursions dans les montagnes, elle se contentait de ramasser en silence des fleurs, les répertoriant et les classant, en connaissant peu à peu chacune de leur propriété. Certes, je l'accompagnais parfois, mais la plupart du temps, je m'envolais et ne revenais que le soir, avec notre groupe d'amis, et nous parlions de nos aventures durant des heures, sans même nous rendre compte que nous le faisions devant elle et que cela l'attristait.
Anoöm et moi nous connaissions depuis sa naissance. J'avais 3 ans de plus qu'elle mais nous nous liâmes rapidement d'amitié. En réalité, dans notre petit clan, tous les enfants étaient amis, mais elle et moi, c'était différent, nous passions le plus clair de notre temps ensembles. Très vite, vers l'âge de 20 ans, tous les enfants de notre groupe savaient se transformer et voler, tout le monde, sauf elle, bien qu'elle ne fusse pas la plus jeune.
Je secouai la tête, revenant à l'instant présent et regardai le doux visage de mon amie. Elle avait grandit à présent, mais elle disait toujours des choses sans queue ni tête. J'avais donc fini par couper court à notre incompréhensible discussion, bien que cela la vexait souvent. Je venais tout juste de creuser un gouffre entre elle et moi.
Mais ce gouffre-là allait se reboucher rapidement, c'était toujours ainsi.

Ses parents étaient tous deux des hérons cendrés, et ils s'occupaient bien d'elle jusqu'à ce que le père de la fillette ne disparaisse pour ne jamais revenir. Cela faisait vingt ans à présent qu'il n'était plus là et Anoöm se sentait plus seule que jamais. Elle n'avait jamais été très proche de sa mère, mais son père, c'était une toute autre chose. Lui et elle nourrissaient probablement une amitié plus forte encore qu'elle et moi. Mais c'était fini, et Anoöm ne parlait plus à sa mère et restait la plupart du temps avec moi, comme si je pouvais boucher ce vide en elle.
Depuis, elle avait fini par réussir à se transformer, vers l'âge de trente-cinq ans, ce qui était très tard comparé à nous. Ce jour-là avait été le plus beau jour de sa vie, et probablement le plus beau jour de la mienne aussi. Nous nous étions envolés, tous les deux, petits adolescents que nous étions alors, et nous nous étions perchés sur la montagne la plus haute.
Elle s'était allongée et, pour la première fois, n'avait rien dit d'incompréhensible. Elle avait simplement murmuré: "c'est beau, je suis heureuse d'être ici avec toi..."
Et c'était tout. Anoöm n'avait plus rien dit. A cet instant, j'avais voulu la prendre dans mes bras, mais je ne l'avais pas fait. J'étais trop jeune pour comprendre alors que je l'aimais.
Aujourd'hui, alors qu'elle était assise sur ce rocher, elle venait d'avoir cent ans. Cela faisait une vingtaine d'année que nous étions adultes, mais je ne lui avais toujours pas révélé mon amour pour elle. Malgré toutes ces années passées ensembles, tout ce temps où je lui avais confié ma vie et elle la sienne, rien n'était sorti. Nous avions chacun de notre côté eu de courtes relations de pas plus d'une dizaine d'années avec les amis de notre groupe d'enfance. Elle avait été avec peut être la moitié des garçons,
et même une fille ou deux. Moi aussi j'avais bien quelques relations. Mais Anoöm et moi n'avions eu qu'une très courte relation, d'une nuit.

Elle avait cinquante-sept ans à cette époque-là. Elle commençait sérieusement à envisager de devenir herboriste et guérisseuse, tandis que moi je ne m'étais encore découvert aucun talent particulier. Elle connaissait chaque plante, chaque faculté de chacune de ces plantes, et les utilisait déjà pour soigner des petites blessures, fabriquer de délicieux breuvages, ou inventer des recettes absolument merveilleuses.
La jeune fille me demandait souvent de venir avec elle pour explorer de nouvelles terre afin qu'elle trouve de nouvelles plantes. J'acceptais toujours bien sûr. Elle n'y allait jamais avec quelqu'un d'autre que moi.
Bien entendu, nous ne partions qu'à la journée et nous étions rentré peu avant la nuit,
avec de nouvelles choses ou non, peu importait, nous étions toujours content de notre voyage.
Cette-fois là, nous ne calculâmes pas bien notre voyage et à la tombée de la nuit,
nous nous rendîmes compte que nous étions bien trop loin de la maison pour pouvoir rentrer. Il était déjà tard et je finis par trouver une grotte peu sympathique où passer la nuit.
Elle s'était allongée et j'avais longuement observé son visage, à la faible lueur d'un feu que nous avions allumé. Elle aussi me regardait, et nous avions fini par nous rapprocher et elle se serra contre moi, sans se détacher de mon corps. C'était elle qui m'avait embrassé en première, et elle qui avait voulu aller plus loin.
Ce fut probablement la plus belle nuit de ma vie entière. Mais le lendemain, tout était fini. Elle s'était décollée de moi, s'était rapidement habillée, et nous étions rentrés,
sans un mot, sans ne jamais reparler de cette nuit pourtant si merveilleuse.
Même aujourd'hui, presque cinquante ans plus tard, nous n'avions encore jamais évoqué le sujet de nouveau.

Une bourrasque de vent me ramena à la réalité. Elle était toujours assise sur ce rocher et n'avait toujours pas décroché un mot. Elle regardait droit devant elle, sans se soucier de mon regard pesant qui caressait son visage. Anoöm était si belle.
Après cette courte nuit où elle et moi avions eu cette relation, elle sortit peu de temps après avec un de mes meilleurs amis nommé Ash. Il était gentil avec elle, probablement plus beau que moi, et ils semblaient bien s'amuser ensembles. Néanmoins, elle finit par rompre au bout de onze ans et notre ami s'en alla, trop triste pour continué à vivre dans notre clan. Il revint quelques années plus tard, pour nous dire qu'il avait trouvé l'amour de sa vie et il repartit pour la retrouver. Pendant trente ans, Anoöm et moi nous éloignâmes légèrement, même si nous passions toujours du temps ensembles par moment.
Elle commença à voir d'autres garçons, et d'autres filles, et je m'efforçai de faire la même chose mais sans réel succès, ni pour elle, ni pour moi.
Finalement, après ces trente longues années, elle arrêta de courir à droite à gauche et revint me voir de plus en plus souvent, sans se soucier à présent de trouver l'amour ou quelque autre bêtise. Bizarrement, les rares filles qui s'intéressaient à moi se détournèrent en un clin d'oeil et nous retrouvâmes notre amitié d'autrefois.

-Tu te souviens de cette nuit là ?
Je revins pour lé énième fois à la réalité. Anoöm s'était tournée vers moi et me regardais avec un grand sourire. Son silence n'avait pas duré plus de dix minutes,
comme toujours. Je souris.
-Quelle nuit ?
Je savais exactement de quelle nuit elle parlait. Mais je voulais l'entendre de sa bouche. Après presque cinquante ans, il était temps qu'elle en reparle.
-C'était la plus belle nuit de ma vie, tu sais... Dans cette grotte...
Mon sourire s'effaça légèrement. Elle me disait cela maintenant, après avoir eu des dizaines d'autres relations.
-Tu sais bien que je t'aimais... Et que je t'aime encore.
J'avais dit cela sans m'en rendre vraiment compte. Le vent me faisait mal à la tête.
Ou alors était-ce simplement les sentiments qui tourbillonnaient en moi.
-Moi aussi...

Cinq jours plus tard, je mourus d'une maladie que j'avais en moi depuis des années.
Je ne le lui avais jamais avoué, mais je le savais depuis ma naissance. On m'avait dit "tu ne vivras qu'à peine plus de 100 ans, tu es atteint d'une maladie incurable".
Derrière l'écran
Pseudo Setsuko, Eleanora, Amaliiah, Amaya, etc.
Âge 893 ans (eh oui déjà)
Code
Comment as-tu connu le forum? Jconnais la fonda depuis... 4 ans ? Rectification: 5 ans !
Une Question? Suggestion? Je vou zem !  I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 61

Feuille de personnage
Techniques:
Inventaires:
Voir le profil de l'utilisateur




Kuroi Ame
Grand Malak de la Mort, du Chaos et des Ténèbres
Jeu 1 Mar - 14:46
Bienvenue à toi ! ^^
Tu es venue finalement, je suis contente. J'ai hâte de voir ton personnage en tout cas.
Si tu as des questions, n'hésite pas. =)
Bonne chance !

_________________
KUROI AME ☼
« Ce n'est que mon opinion... Mais quand il s'agit d'enseigner la discipline à quelqu'un, je crois que la douleur est la méthode la plus efficace.»

Yamashita d'Épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14

Feuille de personnage
Techniques:
Inventaires:
Ven 2 Mar - 6:54
Par contre j'ai une question, si je viens du monde onirique, je suis une Malak ? Et en étant Malak on peut aller dans les deux mondes ?
Et du coup si je suis une Malak, je peux être Esprit en même temps ? (Désolé pour ces questions mais il y a des trucs pas très clairs..)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 61

Feuille de personnage
Techniques:
Inventaires:
Voir le profil de l'utilisateur




Kuroi Ame
Grand Malak de la Mort, du Chaos et des Ténèbres
Ven 2 Mar - 13:32
D'abord, oui si tu es du monde onirique, tu es forcément une Malak. Tu peux être un Grand Malak, mais il y en a que cinq et ils sont en prédéfinie seulement, un Malak supérieur ou un Malak inférieur. Oui, ils peuvent aller dans les deux mondes et le monde onirique aussi.
Pour la dernière question : non, c'est deux races complètement différentes l'une de l'autre. Un Malak ne peut pas être un esprit. Un Malak est un Malak et un esprit est un esprit, c'est tout.
Un esprit est une âme d'une personne décédée qui erre souvent sans aucun but précis ou justement qui cherche un but pour pouvoir se sauver de cet état. Il y a beaucoup de gens qui ne peuvent pas les voir.
Les Malaks sont en quelque sorte des dieux, les gens peuvent les voir, mais ils se montrent rarement aux hommes. Ils sont divisés en trois catégories. Les plus faibles, les Malaks inférieurs qui généralement sont les protecteurs de petites choses, comme des temples, un arbre en particulier ou des hommes. Les Malaks Supérieurs eux, sont généralement les protecteurs de choses plus grandes, une forêt entière, un village, etc. et finalement les plus puissants, les créateurs d'Elysia, les Grands Malaks.
J'ai fais une petite modification ici à la fin des races du monde onirique qui te sera utile si tu décides d'être une Malak. Je t'invite donc a aller voir : http://redream-world.forumactif.com/t4-les-races#7
En tout cas, voilà, j'espère avoir répondu à tes questions. ^^

_________________
KUROI AME ☼
« Ce n'est que mon opinion... Mais quand il s'agit d'enseigner la discipline à quelqu'un, je crois que la douleur est la méthode la plus efficace.»

Yamashita d'Épicode
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14

Feuille de personnage
Techniques:
Inventaires:
Ven 2 Mar - 14:08
D'accord merci j'avais rien capté en effet !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 14

Feuille de personnage
Techniques:
Inventaires:
Sam 10 Mar - 13:37
Désolé pour l'UP mais j'ai fini ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 61

Feuille de personnage
Techniques:
Inventaires:
Voir le profil de l'utilisateur




Kuroi Ame
Grand Malak de la Mort, du Chaos et des Ténèbres
Sam 10 Mar - 17:05
J'adore ton personnage, son histoire, son caractère, tout ! Mais je crois que tu as oublié une petite partie. Les techniques ! Il te suffit de trouver cela et tu seras validée ensuite. =)

EDIT :
Présentation Validée

Tu dois recenser ton avatar ici, tu peux aussi aller faire ton Journal de Bord, faire des demandes de RP's, liens et autres ici, et commencer des quêtes ici.
Voilà, amuse toi bien ! ^^

_________________
KUROI AME ☼
« Ce n'est que mon opinion... Mais quand il s'agit d'enseigner la discipline à quelqu'un, je crois que la douleur est la méthode la plus efficace.»

Yamashita d'Épicode
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream World :: Identité :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: