:: Elysia :: Umbraria :: Capitales :: Ville Basse Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Certaines rencontres valent mieux que d'autre, n'est-ce pas ? [Ft.Iliéna ~]

avatar
Messages : 11

Feuille de personnage
Techniques:
Inventaires:
Voir le profil de l'utilisateur




Myst Lagaard
Responsable de l'institut de magie
Mer 20 Juin - 7:51

When the cat chase...

Where does the mouse hide ?

Feat Iliéna ~


Louche. Définitivement louche. Voilà quelques minutes que le chat ne tient plus en place, dans son bureau. Son tampon est abandonné depuis un instant, ses documents aussi. Elle est à la fenêtre, avec une tasse de thé noir. Elle regarde une direction précise, de son regard octarine. Ce regard normalement froid et inexpressif brille, en signe que sa magie est active. Elle le sent. Les poils de sa queue se hérissent petit à petit. Son sang commence à bouillonner. Il y a quelque chose de pourris là-bas, dans cette zone du quartier.

Une magie puissante. Nul doute que la reine l'aura ressentie, également. Et une magie aussi forte ne peut pas venir de beaucoup de choses. Pas une magie aussi sombre, aussi froide. C'est pas le moment pour corriger des formules, pour remplir des papiers, pour diriger. Pour une sorcière, pour un chat, c'est l'heure pour une seule chose. Chasser.
Et une grosse proie a décidé de sortir. La queue enrubannée du chat s'agite, un sourire distordu se forme sur ses lèvres, tel un rictus méprisant, mais un rire calme s'échappe néanmoins de cette bouche. Elle finit son thé d'une traite, en reprend une tasse bien chaude, et la voilà prête à partir. Coup de chance, elle croise sa meilleure amie, sa besta adorée, en sortant de son bureau et lui confie les rênes. Et se décharge ainsi de son travail pour se prépare à partir en guerre.

De toute façon, elle a besoin de se dégourdir les jambes. D'action. Car voilà bien des jours qu'elle épure le travail, qu'elle arrive à tenir une cadence infernale sans s'accorder vraiment le repos qu'elle affectionne. Quitte à sortir, son thé dans la main, pour vérifier cette présence. Elle n'est pas si loin que ça. Ses jambes ont presque des ailes, tellement elle se déplace vite. Devoir saluer chaque personne de l'institut pour leur expliquer le changement temporaire de chef est une perte de temps qu'elle voudrait bien refuser, mais en tant que chef, c'est impensable de faire autrement.

Sa queue s'agite encore contre le bas de sa robe. Elle s'impatiente à force. Elle tourne frénétiquement la cuiller dans sa tasse. Elle est excentrique au point d'aller sur place avec une tasse de thé noir. Mais au moins, elle a repris une expression neutre. Son regard ne brille plus.
Elle va devoir aller dans les bas quartiers. Vite. Son regard ne se pose même pas sur les spectacles habituels d'esclaves, d'hybrides ou ces choses qui la font doucement rire et la dégoûtent.

"Attends un peu l'hybride ! Reviens là de suite !" Une voix masculine, un garde. Un nouveau, visiblement. Le regard vide de la sorcière s'arrête à peine un instant sur lui, un rictus froid et cruel s'affiche sur son visage de poupée. Elle claque de la langue en dévisageant l'imprudent. Il tente de s'approcher, mais elle a pas le temps pour ça. Elle n'a même pas du tout le temps pour ces conneries. Son regard montre clairement de l'animosité, avant qu'elle n'enclenche une explosion de magie pure sur le garde et l'envoi contre un mur, la main tendue vers lui.
"Lagaard. Retiens bien ce nom, chair à canon bon marché. Retourne dormir. Et laisse les grands travailler." Un humain. Un simple humain qui la compare à un hybride à cause de sa queue de chat. Voilà de quoi vraiment assombrir son humeur. "Bon. Où est passée cette souris maintenant..."

Et avec ça, elle a perdu la trace de la personne. Elle fait claquer sa langue. Elle s'arrête dans la rue et commence à taper du pied. "Cet enfoiré..." Mais de qui elle parle est assez incertain. Le garde, ou la proie que le chat a perdu à cause de ce garde ? Un mystère. Mais quelques sorciers novices se dirigent vers une autre rue. Eh. Pas étonnant qu'il a fui, si on lui envoie simplement ça aux trousses. Et dire qu'elle était si proche de confirmer l'identité de cet être magique. Mais l'agitation se dirige vers une résidence en particulier. Eh. Cet être, ce Kuroi... Il tente des guérillas maintenant ? Ou est-ce qu'il a eu une raison que lui seul connaît pour se révéler, même un peu ?

Mais le chat est énervé. Le chat est, même, terriblement énervé. Même si son thé est chaud, rien ne l'empêche de le boire d'un trait en plein milieu de la rue. Et au cas où, elle active à nouveau son regard magique. S'il doit y avoir une piste, un indice, quelque chose, elle ne le manquera pas.

Et pour le coup, quelque chose va encore plus énerver le chat noir dans cette journée, au coin d'une rue... Quelle chance qu'elle ait fini son thé juste avant, cependant.
notes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 13

Feuille de personnage
Techniques:
Inventaires:
Mer 20 Juin - 19:31
Enfin libre, libre après temps d'années d'esclavages que la demi-elfe en avait complètement perdu le compte il y a longtemps, un peu plus tôt grâce a l'aide d'un jeune homme dote de pouvoirs magiques dont elle ne connaissait même pas le nom, ne lui ayant pas demandé dans la précipitation de leur fuite de l'habitation de l'ex propriétaire d'Iliéna, affrontant deux sorciers novices qui étaient sûrement dans les parages après avoir senti l'utilisation de la magie dans les quartiers de la ville basse, et ce, en quantité suffisante pour qu'un débutant s'en rende compte sans problème.

C'est après s'être débarrassé des sorciers que Kuroi et Iliéna se séparèrent, la demi-elfe observas les environs, ses yeux s'arrêtant sur un cours d'eau qui circulait non loin de la, la jeune femme s'avanças en direction de celui-ci, observant le reflet de son visage sur la surface de l'eau, remarquant les éclaboussures de sang présente sur sa peau pale, regardant ensuite ses mains couvertes du sang du sorcier qu'elle avait abattu plus tôt, elle ne s'en rendait compte que maintenant, mais de sang-froid, elle venait de tué quelqu'un sans aucune pitié, était ce vraiment ce qu'elle était, une tueuse sans scrupules ni remords ?

Plongeant ses mains couvertes de sang dans l'eau après s'être agenouillée, elle tenta d'effacée toute présence de sang sur ses mains puis sur son visage quand cela fut fait, se relevant lentement, elle se dirigea vers le coin de la ruelle, arrivant rapidement dans une autre ruelle, elle prit la direction d'une autre ruelle adjacente rapidement, s'approchant de plus en plus de la rue principale.

C'est en tournant au coin de la ruelle qu'elle rentra violemment en contact avec quelqu'un, le fait d'être plongée dans ses pensées venait de lui jouer un mauvais tour, elle recula en trébuchant et termina au sol sur le dos, se redressant lentement, elle regardait de droite à gauche et remarqua finalement une fille un peu plus petite qu'elle en face d'elle qui étais sûrement la personne qu'Iliéna venait de percuter de plein fouet, étant une demi-elfe elle ressentait la forte puissance magique de la personne en face de plein fouet.

Étant une demi-elfe elle ressentit la forte puissance magique de la personne en face, en contrepartie, l'apparence de l'ancienne esclave qui était celle d'une humaine et sa puissance magique étant faible, elle se rassurait comme elle pouvait que la personne en face d'elle n'était pas à sa recherche, mais elle tentait de ne rien laisser paraître sur son visage, se relevant lentement, la demi-elfe s'excusa et s'apprêtais a continuer sa route...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 11

Feuille de personnage
Techniques:
Inventaires:
Voir le profil de l'utilisateur




Myst Lagaard
Responsable de l'institut de magie
Mer 20 Juin - 21:48

When the cat chase...

Where does the mouse hide ?

Feat Iliéna ~


Par terre. Sur le fessier. Une tasse brisée dont seule l'anse reste encore autour de son doigt. Qu'est-ce qu'il s'est passé exactement ?
Elle tourne, elle sort de la rue principale, elle arpente une rue pour rejoindre le bas quartier dont a émané cette énergie si particulière qui agite maintenant la ville. Parfaitement énervée. Et maintenant, elle se retrouve à terre parce qu'une personne n'est pas fichue de tourner au coin de la rue sans regarder en débarquant d'un pas rapide. Et dans sa chute, pour se rattraper, sa tasse s'est brisée. Oh, de toute façon, elle la trouve moche cette tasse. Enfin, l'a trouvée moche depuis le début, et jusqu'à sa fin, pour être exacte.
Son regard vide se pose sur cette personne. Cette humaine. Cette brune à cheveux longs, plus grande qu'elle, avec des yeux bleus. Etalée sur le sol misérablement après cette rencontre. Et c'est quoi cette tenue exactement ? Aucune classe dans la ville basse, il semble.

Mais ce regard vide, d'un violet surnaturel, détaille petit à petit l'être en face d'elle. Elle semble presque ressentir quelque chose chez elle. De la magie, chez une humaine ? Chez ces êtres incapables de magie autrement qu'avec les accessoires qu'on leur fourni ? Pas d'oreilles pointues, elle n'est pas une elfe. Argh, mais pourquoi elle s'embête avec ça. Elle n'a pas le temps. Elle n'a absolument pas le temps pour ces conneries. Elle est déjà en retard et chaques secondes perdues signifient une perte de cette trace. Il commence à faire sombre, c'est le moment parfait pour que sa proie puisse fuir et il faut qu'elle se fasse arrêter par une humaine avec de la magie. Sérieusement ? Un garde stupide, une fichue anomalie humaine, tout va l'embêter aujourd'hui ?

Elle peste. Elle se relève, en jetant d'un coup violent du doigt le reste de la tasse qu'elle tient encore à cet instant. Sa longue chevelure violette tendant vers le bleu, sa robe ; elle passe une main sur chaqu'une pour vérifier leur état. Sa queue de chat s'agite de mécontentement. Elle ne l'a pas blessée dans la chute. Mais une chose reste dans les pensées de la sorcière éternelle.
Elle. N'a. Pas. Le. Temps.
Mais elle ne peut s'empêcher de dévisager cette personne qui semble presque vouloir la fuir, qui semble presque dans l'inconfort de sa présence, qui s'excuse et tente de vouloir reprendre son petit bonhomme de chemin, l'air de rien, après l'avoir entravée, elle.

Mais elle-même, la sorcière, ne s'excuse nullement. Elle ne salue pas. Son regard reste sur cette personne. Elle ne la lâche pas du regard tandis que son esprit doute.
Soyons réaliste. Elle n'arrivera plus à temps pour mettre la main sur sa proie. Le chat a déjà perdu sa cible depuis longtemps et ce, simplement à cause d'une hésitation. Son hésitation lorsqu'elle, à son bureau, a voulu prendre ses précautions, ne pas vouloir sortir sur un coup de tête, attendre ces quelques minutes lui a fait perdre sa proie.
Le chat est décidément d'une sale humeur. Pas suffisante pour s'en prendre à quelqu'un dans la rue au hasard. Mais son regard ne quitte pas cette personne qui commence à lui passer à côté.
Non. Cette personne est louche. Un humain avec de la magie. Un cas bien trop rare pour passer. Son regard est bien la seule chose qui ne la trahit jamais. Et c'est peut-être sa volonté d'y croire, mais cette personne semble venir de l'endroit où des sorciers se dirigent en hâte. Elle doit savoir des choses. Elle est presque évasive. Mais le regard de la sorcière est biaisé par sa colère, et ça se reporte sur la source directe d'agacement qu'elle a, là.

Sa main s'incline légèrement, en s'ouvrant. Inclinée vers l'arrière.
Le chat sort ses griffes. Ou plutôt, fait apparaître sa griffe. Incomplète. Sa magie s'agite, se rassemble à sa main, et s'étend en arrière. Un manche se forme, arrive rapidement à hauteur d'épaule de la personne qui lui a fait perdre une tasse. Puis vient la lame, qui arrête brusquement l'avancée de cette femme, en se collant à sa gorge. Une arme de magie pure. Mais qui peut savoir que cette arme est incapable de trancher ? Cette lame semble si réaliste, cette sensation froide fait bien comprendre que cette arme est dangereuse. Mauvaise. Son apparence est lugubre. Purement, et simplement, lugubre.

"Toi." Elle interpelle verbalement, maintenant. La voix de la sorcière au regard violet est froide. La colère se ressent dans ce timbre précis, que l'on sent encore contrôlée cependant. "Toi." Elle répète, sa main ferme sur son arme. Cette personne n'a aucun moyen de savoir qu'une lame de sa magie ne peut couper. Qui peut s'en douter même ? Mais cette lame est proche d'un point vital et force à la prudence. Elle force à l'obéissance. Personne ne s'amuse, une lame à la gorge, à faire le moindre geste brusque, n'est-ce pas ?
"Qu'est-ce que tu es exactement, toi ?" Son visage se tourne lentement vers cette personne. Son regard perçant, son regard assassin, la scrute. Ces yeux d'un violet si profond, où seule une malice pure s'exprime se posent sur cette personne. Elle ne l'appelle pas comme un être vivant. Sa voix n'a aucune considération, aucun respect. Sa voix est simplement... Froide. Un froid oppressant.
"Et d'où tu viens exactement, toi."

Si cette personne tourne sa tête, elle verra ce visage sans sourire. Ces grands yeux la détaillant comme un objet. Comme une fourniture. Elle est une chose étrange. Anormale. Son regard ne le cache pas le moins du monde. Elle regarde une chose bizarre. Cette brune est une existence bizarre.
Mais la lame de cette faux est une mise en garde. Cette arme, d'un noir absolu parcourut seulement de vagues améthystes est un ordre silencieux à ne pas bouger. Elle n'a pas besoin de l'exprimer. Elle veut des réponses.
Le chat ne sait pas pourquoi, mais cette souris entre ses pattes l'agace. Elle le sent dans son être. Sa queue s'agite avec férocité, battant l'air tel un fouet. Mais petit à petit, ses manies commencent à la reprendre. Sa bouche se lance véritablement, dans ces interrogations qui la mettent bien plus à l'aise, en un flot de questions.

"Réponds-moi, toi. Pourquoi. Une simple humaine. Peut bien posséder de la magie. C'est étrange, non ? C'est quelque chose de vraiment étrange non ? Les humains n'ont pas de magie. C'est un fait. Des êtres ridicules, ayant besoin d'objets pour imiter les sorciers. Ils n'en ont pas. Alors pourquoi, fausse humaine, en as-tu ? Et pourquoi tu viens de cette direction ? Qu'est-ce que tu faisais là-bas, là où tous les mages se rassemblent ? Hé, réponds-moi. Qu'est-ce que tu es ?"
notes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 13

Feuille de personnage
Techniques:
Inventaires:
Jeu 21 Juin - 16:38
Après s'être excusée, Iliéna pris la même direction qu'auparavant, elle souhaitait quitter cette ville le plus vite possible, d'ailleurs oui elle avait remarqué la queue de chat de son "interlocutrice" mais plus rien ne l'étonnais maintenant et cela la laissait indifférente, elle s'arrêta net en sentant une lame pressant au niveau de sa gorge, tournant lentement la tête pour regarder droit dans les yeux violets la propriétaire de la dite arme.

Un flot de questions assailli la demi-elfe à l'apparence humaine, elle réfléchissait à toute vitesse tout en évitant tout mouvement brusque, elle ne savait pas que la lame ne tranchait pas, que pouvait-elle répondre ? Dire qu'elle était une demi-elfe ? Son cas finirait sûrement, mal si elle l'avouait et pourquoi pas jouer sur le fait qu'elle avais du sang elfe ?

Peut-être que cela marcherait... Passons à la deuxième question... Pourquoi venait-elle de cette direction ? La réponse d'une promenade avant qu'il fasse vraiment sombre était sa seule option, ou alors la demi-elfe pourrait dire qu'elle avait des affaires à régler dans le coin et qu'elle était en train de retourner chez elle...

Je suis une elfe, j'ai utilisé ma magie pour dissimuler mes caractéristiques physiques pour être plus discrète quant à ma race, quant à la deuxième question, je réglais quelques affaires avant de retourner chez moi, ce que je m'apprêtais à faire avant que vous m'interceptiez avec cette arme à ma gorge.

Avec cette réponse, elle ne mentait qu'en partie sur sa race, maintenant, il fallait voir si la jeune fille a la queue de chat allait la croire ou non.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 11

Feuille de personnage
Techniques:
Inventaires:
Voir le profil de l'utilisateur




Myst Lagaard
Responsable de l'institut de magie
Jeu 21 Juin - 19:26

When the cat chase...

Where does the mouse hide ?

Feat Iliéna ~


Ce regard ne manque rien. Ces yeux scrutent, presque comme une personne folle. Peut-être n'est-on pas loin de la vérité. Qui d'autre qu'une personne mentalement défaillante sort une faux de nul part sur un passant pour l'interroger ? Mais la folie est une bonne façon de le décrire. En ce sens où elle ne résonne pas comme le monde.
Le chat tient, dans ses pattes, une autre proie. Il doit bien se rabattre sur autre chose, après tout.

Mais son regard vide n'est pas dupe. Cette personne fait preuve de bien trop de calme dans cette situation. Un calme beaucoup trop prononcé. Elle ne lève pas ses mains, elle ne veut pas se débattre immédiatement, elle fait des mouvements lents. Elle prend le temps de réfléchir et répond avec calme. Beaucoup trop de calme.

Bien trop de calme pour cette situation. Et elle donne ses explications. Une elfe. Une elfe qui utilise de la magie pour cacher son apparence actuelle. Une elfe. C'est une histoire plausible, vu la position de la reine des elfes, qu'un elfe veuille se cacher dans la grande ville à cause de ça, c'est quand même une excuse bien trouvée. C'est un effort notable, méritoire. La sorcière aurait presque applaudi sur le coup. Une elfe, ayant du s'occuper de quelques affaires dans la capitale.

"Oh. Je vois." Lâche enfin la petite sorcière à son interlocutrice. Son regard magique est, cependant, absolu. Elle ressent la magie en cette personne. Pas une utilisation de celle-ci pour se cacher. Un mensonge merveilleux, s'il est adressé à la bonne personne. Mais elle n'est pas la bonne personne à qui le dire.
"Toutes mes excuses dans ce cas. Je suppose que je ne devrai pas retenir plus votre présence, vous avez à faire." Cette voix est bien courtoise, bien calme. Elle a totalement mordue à l'hameçon. Elle croit totalement à cette histoire.

Elle enlève même tout doucement l'arme de la gorge de cette personne. En douceur, calmement, avec un sourire bien agréable. La lame se décolle de la peau, elle s'éloigne lentement en restant à la hauteur. Mais c'est uniquement pour ne pas brusquer. Pour jouer ce jeu de ne pas vouloir blesser. Son regard toujours brillant, surnaturel, appuyant cette façade.

Avant que sa main ne vienne abattre l'arme avec violence contre la gorge de la personne, dans un mouvement sec. Un coup brutal de la lame, au milieu de la gorge.
Mais quel effet est-ce qu'une lame de magie pure, semblant pourtant bien pouvoir trancher, peut avoir en vérité ? Voyez ça comme se bouffer le rebord d'une table arrondie à la gorge. Douloureux, ça coupe le souffle un moment, et on ne demande généralement pas un deuxième service. La lame ne passe pas à travers la matière, elle la percute simplement. Et comme elle ne peut le traverser, elle manifeste son effet autrement. Un choc, une opposition.
Et à la personne bien démunie face à ce coup, elle n'autorise pas la possibilité de flancher pour le moment. La lame reste sous le menton, à la maintenir debout. Et la personne qui tient l'arme voit un bien grand sourire se dessiner sur son front. Sadique, pervers, cruel. Un sourire déformé, d'un regard montrant pour la première fois une vraie émotion. De la malice, des méandres de malice obscurcissent ce regard pourtant si éclairé d'octarine.

"Je suppose que je ne devrai pas retenir possiblement un hybride bâtard menteur, n'est-ce pas ? Eh. Un elfe, pardon. C'est vrai, tu es une elfe. Mais désactive donc ta magie, dans ce cas. Laisse-moi voir ces jolies oreilles pointues dont tu as si honte. Laisse-moi voir ce faciès de misérable traître. Traitre à la reine par ta race, traître à ta race par ton être. Oh, mais non, c'est vrai. Tu n'utilises pas de magie, je le sais. Ou par magie, tu entends pouvoir mentir ? Combien ont put tomber dans le panneau d'un mensonge aussi ridicule ? Hé, mais tu sais quoi ? Je vois clairement à travers tes mensonges, vermine."

Mais elle n'est pas totalement cruelle. Elle recule cette fois sa faux pour permettre à la personne de rejoindre le sol pour reprendre son souffle correctement. Elle n'est pas cruelle. Pas totalement.
Simplement, son sourire est d'une grande beauté, teinté d'une cruauté pure. Malsaine.

Un chat adore jouer avec ses proies. Sa queue s'est calmée. Elle ne fouette plus l'air, elle se contente simplement de passer dedans, presque joyeuse. Le chat se penche à l'oreille de sa proie, et de ses lèvres tordues en une expression joueuse, elle dit :

"Si tu m'avoues tout maintenant, si tu m'expliques tout maintenant, je pourrai considérer l'idée de ne pas t'exécuter sur place. Ton existence à cet instant n'est qu'un caprice de ma part." Le ton de sa voix est clairement différent. Tranchant. Brut. Méprisant au possible. "Tu sais, un chat est un prédateur cruel." Elle tourne doucement autour de la jeune femme, restant toujours penchée, cette faux maintenant dans son dos en menace silencieuse. Cette lame non-tranchante, mais qui a, néanmoins, prouvé quelle efficacité elle peut avoir. "Le chat est un animal détestable. Lorsqu'il tient sa proie, il se plaît à la tourmenter. Il la blesse sans jamais la tuer directement au début. Il la laisse se débattre dans son impuissance. Il joue avec. Pour son propre plaisir sadique." La queue se plie avec souplesse pour former un cœur, en un message subtil. "Et un chat éternel a tout son temps pour punir des créatures inférieures se permettant de le contrarier. Est-ce que tu penses avoir suffisamment de temps pour ce monde de douleur, ou ta gorge te semble maintenant capable de sortir des mots qui peuvent me convenir, hum ?"

Le chat a maintenant bien fait comprendre ses positions. Le chat entre doucement dans son sadisme. Et la sorcière réfléchit déjà à quel thé elle boira avec sa meilleure amie pour lui raconter cette rencontre. Elle sait déjà qu'elle s'esclaffera et sera déçue de ne pas avoir pu être là.
Le chat est provocateur, à agiter cette queue en forme de cœur tout doucement ; il est moqueur, il se sent bien supérieur.
notes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 13

Feuille de personnage
Techniques:
Inventaires:
Jeu 21 Juin - 20:11
Iliéna fut soulagée d'entendre que son interlocutrice la croyait, elle attendit que la lame soit assez loin de sa gorge qu'elle massa légèrement, la pression de l'arme contre sa gorge était quelque chose d'assez désagréable.

A peine eut-elle le temps de faire ce mouvement que l'arme s'abatta brusquement sur la gorge de la demi-elfe, lui coupant le souffle brièvement, on aurait pu s'attendre à une exclamation de douleur ou autre, mais après toutes les tortures qu'elle avaient subies quand elle appartenait encore à son ancien maitre, cela n'était pas grand chose comparer aux atrocités que son maitre lui avait faite subir.

Bien heureusement pour la demi-elfe, les marques de blessures, profondes ou non finissait par disparaitre après un certain temps, malgré qu'elle se débattait, son expression du visage n'avait pas changé, elle affichait toujours le même air calme, écoutant les paroles remplies de haine envers la race des elfes qui était les ennemis de la reine, insultant également l'ex-esclave de vermine ce qui ne la dérangeait guère.

Iliéna retombas finalement au sol ou elle récupéra son souffle après que son assaillante ai reculer son arme, même si la douleur était quelque chose qu'elle pouvait supporter sans broncher ni montrer un signe de douleur, la mort était tout autre chose, elle réfléchissa rapidement et s'exprima finalement gardant un air calme et serein:

Je... suis une demi-elfe et une ancienne esclave, je me suis enfuie un peu plus tôt de la propriété de mon ancien maître.

Il n'y avait clairement, pas grand chose à dire, car tout ce qu'elle venait de dire était la pure vérité et cela s'entendait dans la voix de la demi-elfe, elle ne prit pas la peine de se relevée et attendit de voir la réaction du "chat".
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 11

Feuille de personnage
Techniques:
Inventaires:
Voir le profil de l'utilisateur




Myst Lagaard
Responsable de l'institut de magie
Sam 14 Juil - 14:03

When the cat chase...

Where does the mouse hide ?

Feat Iliéna ~


Le chat va finir par se vexer de cette petite elfe. Décidément, cette créature ne lui apporte que bien peu d'amusement, au final. Comme il est dommage, se dit la sorcière, que sa magie ne puisse lui permettre de faire plus de choses. Il semble que cet être à terre soit habitué à la douleur, aux coups.

Le chat déplie lentement sa queue, dans des mouvements de plus en plus lent pour signifier son ennui. Non vraiment, la suite ne l'étonnera pas vraiment. Même si cette personne lui avouera être une ancienne esclave -un concept qui la fera pouffer bien gentiment, il va s'en dire- elle n'en sera pas le moins du monde surprise.

Non, par contre, une chose que cette personne lui a dit fait qu'elle s'est arrêtée dans ses déplacements. D'un coup. La petite sorcière s'est raidie, son pied touchant presque le sol, comme figée.

Une demi-elfe.
Oh, quel rictus bien désagréable à devoir afficher sur son visage que celui d'un dégoût pur  pour cette chose qui ne lève pas la tête. De toutes les races, de toutes les créatures, si dans sa liste de choses à mépriser il y a les Luminas et certains grands malak en priorité, on trouve également au même niveau les demi-elfes. Probablement la race d'Umbra que la sorcière ne peut pas tolérer.

Et beurk, elle est entrée en collision avec cet être ? Elle a touché cette créature dans la rue ? Elle a été en contact physique avec un représentant de cette demi-race se payant le luxe d'être une hérésie par sa nature de demi et d'être en plus mêlée à un des ennemis direct de la reine ? Si elle n'avait pas besoin de réponses pour satisfaire sa chasse ratée -probablement par sa faute, en plus !- l'héritière Lagaard aurait déjà conduit cette personne dans un monde de douleur bien différent de celui qu'elle connait.


Mais il faut bien poser son pied un jour et reprendre une expression normale, enfin... Non, ça sera impossible ça. Elle tape dans ses mains pour faire disparaître son arme magique, les poils de sa queue de chat hérissés, une expression froide ouvrant son visage d'habitude si inexpressif.

"De toutes les choses, il a fallut que je tombe sur ça. Je pouvais pas tomber sur autre chose que de la seconde main, hein. Et évidemment, ton ancien maître n'a fait que te battre et t'utiliser sûrement." A ça, une expression de dégoût distinguée déchire son visage. "Mais il ne s'est jamais dit que juste frapper de la viande n'est qu'une façon de la renforcer. Enfin, je me demande si en te broyant, telle une grenouille, tu saurais garder cet air si composée, esclave." Le chat ne cache plus -si tenté qu'il en ait caché jusqu'à présent- son mépris. Non, vraiment, elle n'en a pas besoin à la base, mais là... Comprenez là.

Mais quelque chose l'agace dans les propos de cette jeune femme. Il n'y a pas de mensonge non, mais juste. Elle pouffe de rire, de sa voix aigüe.

"Mais maintenant que j'y pense, ancienne esclave ? Mais mon enfant, une marchandise n'a pas son mot à dire sur le sujet. Et qu'est-ce qui te fait croire que tu n'en es plus une ? Quand bien même tu aurais tué ton maître, un objet reste un objet. Je pourrai décider, là, de te prendre pour t'ouvrir à un monde meeeeerveilleux, où ton corps serait bien utilisé et où, à chaque instant, ta voix s'élèverait avec éclat." Mais ne voyez aucune allusion autre que les moins plaisantes ici. Après tout, on parle d'un être qui n'a pas de moral, mais qui respecte sa propre intégrité.

Le chat garde la tête bien haute, les mains dans le dos, son regard brillant toujours de cet éclat mystique, froid.
"Dis-moi, demi-elfe. Et fais bien attention, car ton existence est à l'heure actuelle proche de disparaître. Ma prochaine question sera la plus importante pour ta vie."

Le chat lève doucement sa main, l'expression dans son regard ayant repris ce calme, ce vide dérangeant. Des filaments luisant semblant sortir de sa main pour aller dans le ciel, une sorte de sphère d'un violet brumeux commençant à se former. À s'exciter, à s'intensifier... Jusqu'à ce qu'une détonation d'un violet prononcé déchire le ciel, dans un fracas bien respectable. De quoi provoquer un peu plus de désordre dans la ville, assurément.

"Et j'ose espérer que tu me diras absolument tout. La dernière fois que j'ai utilisé ce sort sur quelqu'un de ta race... Enfin, race... C'est un bien grand mot... Sur quelque chose comme toi, plutôt. Je me doute que tu sauras faire tourner tes méninges pour comprendre ce qu'il lui est arrivé. Et si tu réponds juste, si tu m'apportes ce que je veux savoir... Sache que je ne suis pas une mauvaise personne et que je pourrai te donner une merveilleuse récompense."

Myst la toise, de cet éclat dérangeant. Myst a bien compris que cet être tient à vivre. Et si elle se serait plu à lui tirer des informations lentement en l'écrasant de diverses façons, à l'heure actuelle, elle est pressée.

"Dis-moi. Exactement. Comment un être aussi faible que toi. A pu s'échapper. Qui t'a aidé et comment. Et plus tu as de détails intéressants à me raconter, plus tu auras de chance d'adoucir mon humeur."
notes
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream World :: Elysia :: Umbraria :: Capitales :: Ville Basse-
Sauter vers: